Un détective comme les autres

Un détective comme les autres
Le détective privé

Femme bourrée, filoche ratée!





C'était une histoire de fesses des plus banales sur laquelle je travaillais déjà depuis quelques jours.

Je commençais tard le soir car le monsieur en question était restaurateur et patron de son établissement dans Paris.

C'est donc lui qui toutes les nuits faisait la fermeture. Et quelle fermeture: sa maitresse venait le retrouver et ils restaient seuls, ensemble pendant plus d'une heure avant de repartir, soit tous les deux, soit chacun de leur coté...

Ce soir là était un samedi et comme tous les samedis à Paris, dans les rues commerçantes il y avait affluence de gens, affamés, assoiffés et heureux de se défouler après une dure semaine de travail. Ce qui m'avait obligé à m'éloigner un peu de ma cible mais cela n'avait pas trop d'importance car je le reconnaissais facilement maintenant.

Je me souviens ce soir là qu'il avait fermé beaucoup plus tard que les autres soirs et que sa maitresse n'était pas rentrée dans le restaurant, mais était restée attendre dans sa voiture devant l'auberge.

J'étais donc en train de filmer la scène (le patron fermant son resto), quand une jeune femme m’a surpris en arrivant derrière moi sur le trottoir avec ma caméra posée sur un bloc des télécoms.

Le problème n'était pas en soit le fait qu'elle me surprenne ainsi, car elle ne pouvait pas voir qui était pris dans la boite.

Mais le souci était que cette dernière était complètement bourrée et de suite en me voyant avec la caméra, elle s'est écriée:

Ouhaha qu'est ce que tu filmes, tu es flic? Ou espion? hein, hein? Tu es un espion? Ou un détective? Ouaaa, tu es détective??? Ou t'es flic Heinn allez dis moi!!! Dis moi quoi? Vas y qu'est ce tu fais? qui tu filmes?!

Evidemment je nie en bloc, mais la fille qui puait l'alcool insistait, me collait et braillait dans la rue, impossible de s'en défaire, mais le pire fut à venir...

Tout ça se déroulait pendant que mon objectif était sur le point de partir et monter à bord de sa voiture pour suivre sa maitresse je ne sais où.

Un début de filature des plus faciles si la femelle torchée, au moment où j'ai voulu monter sur ma moto ne se serait pas agrippée à la selle en gueulant je veux venir avec toi, laisse moi venir je veux venir, je veux venir!!!!!!!!

Putain mais pourquoi c'est une fille qui me fait ça?! Si çà avait été un mec je te l'aurais "espanté" de là, sans aucun complexe mais là c'était qu'une petite gonzesse et même si elle fouettait la biture à plein nez, elle n'en restait pas moins très jolie et toute fragile, j'avais peur dans l'énervement de lui faire mal si j'essayais de la décoller...

Du coup dans la panique sans nique, mais niqué quand même, je vois mon objectif et sa maitresse partir et la fille toujours sur ma selle de moto accrochée comme une acrobate qui viendrait de dévisser de son trapèze...

Quand enfin elle se bouge mais reste collée à la moto, je monte dessus (sur la moto et pas la fille) mais ne peux toujours pas partir de peur de la faucher et elle de me dire avec une petite voix:

- Mais! Alors tu vas me laisser là? Comme ça? 

Avec un regard de tristesse d'ivrognesse...

J'ai réussi à partir, énervé, désespéré et bien sûr, sans retrouver mon objectif car il y avait trop de routes à prendre comme itinéraire et évidement pour continuer dans la malchance je n'ai pas pris le bon axe.

Moralité:    Même pas bourré, j'ai quand même trinqué! 

1 commentaire: