Un détective comme les autres

Un détective comme les autres
Le détective privé

Le Périgord

Le Périgord

Il est toujours très agréable pour le Détective qui se respecte, de voyager pour les missions, même si ce n'est qu'en province.

Il se trouve que pour cette petite affaire d’adultère, je me suis retrouvé quelque part dans le Périgord.

Plus exactement, à proximité d'un village avec la maison de mon objectif voisine de celle du maire. 

À peine arrivé, je commence déjà à faire ma petite reconnaissance des lieux pour savoir où j'allais planquer avec la voiture. 

C'était évident que je n'allais pas pouvoir rester en visuel sur le domicile de mon objectif, car rien n'était prévu pour se garer sur la petite départementale qui passait devant la maison. 

Faisant ces constations, je décidais de me stationner sur le chemin qui menait à la maison du maire et qui longeait l'un des murs du jardin de la maison de l'objectif. La propriété de l'élu, étant située juste derrière celle de ma petite bonne femme. 

Je voulais essayer de voir si mon objectif était chez elle et à tout hasard avec son amant...
Malheureusement, du portail de son entrée, on ne voyait rien et selon le client, le mari de l'objectif, si la voiture de sa femme était là, de cet endroit, j'aurai dû la voir. Ce qui n'était pas le cas. 

J'avais remarqué en me garant sur le chemin que le mur se terminait par une haie pas très épaisse. Je décide donc de prendre ma caméra et de l'enfoncer à bout de bras dans la haie pour éventuellement voir un signe de vie chez l’adultèrine. 

Non seulement on ne voyait rien, mais une voiture me surprend en arrivant sur le chemin!
Je sors le bras de la haie et fais mine de rien, avec ma caméra que je ne cache pas. Un homme d'une cinquantaine d'années sort de la voiture après s'être arrêté devant le portail de la maison du maire. 

Il me regarde l'air un peu étonné. Je lui souris et le salus, puis lui raconte que je suis scénariste de film et que je cherche un lieu pour un prochain tournage dans la région. 
Bingo! Le gars accroche et me dit qu'il y a beaucoup de films de tournés dans le coin, puis il me dit que c'est justement la maison du maire, là derrière et qu'il faudra lui demander les autorisations.

Le meilleur est à venir quand il me propose de faire le tour de la propriété! J'ai pu comme ça, voir chez mon objectif, sans problème et constater qu'il n'y avait à priori personne.

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, me voilà à crapahuter dans le bois  voisin à la maison de ma femme volage, pour essayer de voir quelque chose. Mais l'approche était limitée par la végétation, sauf en longeant la route par le bois, où je tombe sur une petite barrière avec un portillon, qui donnait un accès direct au jardin de l'objectif. 
En passant la tête par-dessus, je ne vois toujours pas de véhicule, alors que là où je suis s'il en y avait eu un, toujours selon le client, j'aurais dû le voir. Et de plus, les volets de la maison sont presque tous fermés. Pour moi, sa femme n'était pas dans leur maison de campagne...

Du coup, je rebrousse chemin, toujours à l'abri des regards indiscrets dans mon bois. Puis je m'assois au bord de la rivière qui passe à proximité de la maison et sur la propriété du maire. 

J'observe les abords de la maison de mon objectif. Ce faisant, j'aperçois une masse noire qui ressemble à la silhouette d'un 4X4. Mais mon objectif a une petite voiture et pas un 4X4?!

Je suis embêté, car dans les coffres de ma moto j'ai toujours une paire de jumelles, mais pour le coup comme je suis avec la voiture du confrère pour qui je bosse, je n'ai pas pensé à les prendre et je ne peux donc m'assurer du type de véhicule que j'entre aperçois au travers de la végétation. 

La journée se passe sans voir un seul signe de vie dans la propriété de mon objectif et il va falloir que j'identifie le véhicule qui est stationné dans son jardin. 

C'est une petite opération de nuit qui nécessiterait normalement la tenue qui va avec, hors je n'avais pas prévu d'aller crapahuter entre trois et quatre heures du mat´, dans un champ et sur une propriété privée. 

Bref le client veut absolument qu'on sache ce qu'est ce véhicule et nous couvre en cas de problèmes. 

Me voilà donc le matin même, vers trois heures et demie, à parcourir environ mille cinq cents mètres, après avoir garé ma voiture dans un coin à l'abri et à me jeter à plat ventre dans le fossé dès qu'un véhicule approchait sur la route. 

Enfin, arrivé au petit portillon repéré la veille, je passe par dessus pour pénétrer ce jardin luxuriant encore vierge de!... Hum non heu je crois que je m'égare, pardon…

Je recommence. Je disais donc, que je venais de passer le portillon de la propriété de l'objectif, pour me diriger jusqu'à la voiture qui stationnait la veille dans le jardin. 

Quand tout à coup, arrivé à environ trois mètres de la caisse, qui entre parenthèses n'était autre que celle de la femme de notre client, un projecteur s'allume pleins feux sur ma trombine...

Alors, je ne sais pas si vous savez tous comment ce genre de truc fonctionne, mais sur certains, on a la possibilité d'actionner ou de couper une petite alarme qui sonne dès que le projecteur se met en marche. 

Je préfère vous dire que je ne suis pas resté longtemps pour savoir si la luciole était munie de ce dispositif et c'est après m'être assuré qu'il n'y avait pas d'autre véhicule sur le site que j'ai pris le chemin d’exfiltration...

De retour à l'hôtel pour finir ma nuit, j'ai pu appeler mon confrère pour lui confirmer que le véhicule présent sur les lieux n'était en fait que celui de la femme de notre client. Toujours est-il et pour finir l'histoire, il y avait bien un homme avec elle, car le matin même, jour où je devais lever la surveillance et rentrer sur Paris, j'ai pu les suivre jusque sur le petit marché d'un village voisin, où je me suis fait griller par presque tout l'environnement à les filmer ensemble à faire leurs emplettes sur les étales des marchands. Le peu que nous avions suffit quand même au client qui  fut ravi…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire