Un détective comme les autres

Un détective comme les autres
Le détective privé

Je ne suis pas un numéro!

Mandaté par un confrère de Dijon, je devais pour cette affaire prendre contacte avec un homme de nationalité Suisse, pour récupérer la BMW avec laquelle il roulait sans être assuré en France, sous couvert de son assurance qui ne voyait pas ça d'un bon oeil...

C'est donc un matin vers les 07H00, que je suis à chercher le véhicule dans le parking souterrain de la résidence, où habitait notre resquilleur.   

Arrivée dans le deuxième ou troisième sous- sol, je tombe sur la concierge qui, surprise de me voir, me demande ce que je fais là. Je ne m'encombre pas d'un prétexte bidon et lui dis la vérité pour qu'elle me laisse tranquille. Ce qu'elle fait, mais en me suivant pas à pas, au cas où, peut être, je défoncerais une caisse au passage.




Bref, c'est bredouille que je remonte dans le hall de l'immeuble et que je trouve sur l'une des boites aux lettres le nom de mon type, avec ce qui me semblait être le N° de sa porte et l'étage qui correspond.

Du coup, je prends l'ascenseur pour m'y rendre et voir si le quidam ne serait pas chez lui par  hasard, même si sa voiture n'est pas là.  On ne sait jamais avec un peu de chance...

Arrivée devant la porte de l'appartement j'entends le bruit de la radio, au travers celle-ci. Chouette je me dis, il y a quelqu'un! Je sonne donc et attends...

Je resonne et attends...

Je re-resonne et frappe un peu sur la porte pour être mieux entendu...

Ça marche car enfin une vieille dame vient me demander à travers la porte, sans ouvrir celle-ci, qui est là et ce que je veux. Je me présente donc sans scénario, mais avec mon pseudo (au cas où).

Et la  vieille dame de me répondre, que ce n'est pas elle et que ce n'est pas ici. Amusé et sûr de moi je lui dis:

- « Écoutez Madame je sais que c'est vous et que je suis à la bonne adresse. Je suis mandaté par votre assurance pour récupérer votre voiture, bla, bla, bla, bla, bla, bla. Ce n'est pas la peine de nier, facilitez moi les choses, sinon je serai obligé de revenir avec les forces de l’ordre."

Et j'entends, toujours au travers la porte, la dame rapporter ce que je viens de lui dire à son mari, qui parait encore plus âgé... Et puis plus rien... Je reste là, comme un couillon, derrière la porte, en me disant que c'était trop simple comme affaire au départ pour être, hé hé, facile à  régler...

Puis l'ascenseur s'ouvre sur la concierge, qui affiche une mine défaite et elle commence à me crier dessus, en me demandant pourquoi j’importune, Monsieur et Madame « C’est-pas-eux!! »

Je lui explique brièvement ce qui se passe, alors que les vieux sont à l'écoute derrière la porte, toujours fermée. Mes justifications à la concierge terminées, j'entends la petite voix de la vielle dame me dire:
- « Mais nous n'avons pas de voiture, Monsieur. »

Et la concierge de me demander:

Mais vous êtes sûr qu'on vous a donné le bon nom? Du coup un peu énervé, très embarrassé et pressé d'en finir avec cette affaire qui commence à sentir le pneu brûlé, je lui donne le nom de mon Suisse.

Ma concierge s'écrit:

- « Mais ce n'est pas ici! Si vous m'aviez demandé dès le début vous ne seriez pas venu embêter Monsieur et Madame « C’est-pas-eux!! » Me dit-elle encore énervée.

- Et bien alors, dites-moi à quel étage sont-ils, que j'y aille de ce pas. La tôlière, toujours énervée, mais à même de collaborer, me donne le bon étage et la bonne porte pour que je puisse enfin choper le bon mec.

Mais avant de quitter celle-ci, je lui glisse qu’il faudrait qu'elle mette les numéros de portes et les étages à jour sur les boites aux lettres. Elle de me répondre agacée:

- « Mais ce ne sont pas les numéros de portes, Monsieur, ce sont les numéros de boites aux lettres…" 

C'est en con heureux que je me suis rendu chez la personne que je devais voir et c'est reçu par sa femme, car l'homme en question était absent, que je me demandais quand même, à quoi ça servait de mettre des numéros sur les boites aux lettres, sans déconner, si ce n'est pour tromper l’ennemi, ça!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire