Un détective comme les autres

Un détective comme les autres
Le détective privé

Le marathon de Paris


La cliente venue me voir quelques jours avant pour faire suivre son mari, qui avait selon elle,  plusieurs maîtresses, m'avait prévenu qu'il était sportif et qu'il faisait partit d'un groupe de randonneurs dans Paris. L'une des maîtresses supposées en faisait également partie. 

C'est justement un dimanche matin avant 09H00 que je dois le suivre jusqu'à son rendez-vous avec son club et voir ce qu'il s'y passe, et surtout, s’il s'y rendait vraiment...

J'ai demandé à mon collègue de venir me donner un coup de main en piéton, car ma cliente ne sait pas comment son mari se déplace, entre le domicile et ses points de rendez-vous. 

Le bon homme finalement retrouve bien son groupe au niveau d'un parc public Parisien avant de partir tout ensemble pour un circuit dans les rues de Paris. 

Un arrêt dans une gare pour admirer l'architecture et faire une petite pause, avant de repartir jusqu'à la fin du parcours qui nous amène sur la place de l'hôtel de ville de Paris, où le petit groupe de marcheurs se séparent. 

Nous sommes le jour du fameux marathon de Paris et le parcours se faisant une partie sur les quais on peut entendre un groupe de cuivres jouer des airs connus pour encourager les coureurs qui passaient par là.

Et bien je ne sais pas si c'est la musique qui a attiré sur les quais notre objectif, mais celui-ci a décidé d'aller écouter un peu de musique...

Avec mon confrère on se disait que c'était maintenant que tout allait se jouer. Mais pas du tout comme on l’avait prévu. Voilà notre gars qui part à pied sur le parcours du marathon suivre les coureurs, l'horreur!

Du coup, je suis obligé de laisser seul mon collègue derrière l’objectif, car pour l'instant il n'est pas question de laisser la moto sur place. On pourrait en avoir besoin plus tard. Je me rends donc sur un point ou je peux le retrouver. 

Mais finalement bien vite nous nous rendons compte que notre objectif continu à marcher et d'un bon pas sur le parcours. Je prends la décision de poser la moto et de continuer à  pied avec mon collègue qui commence à faire la gueule. 

J'avais pris pour lui un passe Vélib’ que je lui donne pour qu'il continue sur un vélo et nous continuons à suivre notre sportif sur le parcours. Mon collègue à vélo et moi à pied. On en arrive même à un moment donné à ramasser des bouteilles d'eau jeté sur le parcours pour se réhydrater avec. Car il faut préciser que nous sommes habillés en tenue de motard tous les deux. Gros blouson de cuir, jeans épais et chaussures en cuire... On ne passait pas inaperçu au milieu des sportifs.

Quand enfin l'objectif passe la ligne d'arrivée, celui-ci se fond dans la foule, alors que c'est maintenant qu'il ne faut pas le perdre, mais il se rend sous les tentes de ravitaillement et par deux fois dans la cohue il m'échappe, mon collègue étant parti reposer le Vélib’, mais je finis heureusement par le retrouver. 

Et finalement à notre grand désespoir et après vingt-cinq kilomètres environ à pied, entre le matin et l'après-midi, notre mari volage rentre sagement chez lui.

Moralité suivre un sportif sans une certaine condition physique peut s'avérer pour certain un véritable handicape. Nous on aurai pu faire le marathon complet même dans notre tenue…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire