Un détective comme les autres

Un détective comme les autres
Le détective privé

L’homme au coupe coupe






Cette mission était une mission unique en son genre, le but étant la récupération de plus de 200 véhicules volés, toutes catégories confondues, pour la plus part sur la région Parisienne, les autres étant dispersés dans le reste de la France. (je passerai ici les détails techniques de cette mission)

Nous étions plusieurs binômes à rechercher les caisses et dès que nous en trouvions une il fallait la filocher, jusqu'au moment opportun pour la récupérer et la ramener dans un dépôt prévu à cet effet. Nous avions avec nous la liste de tous les véhicules et le double des clefs pour les subtiliser...

Bref! Un midi, mon binôme Greg et moi même sommes appelés pour aller accrocher une grosse Merco grise sur le parking d'un resto quatre étoiles en banlieue chic.

Arrivés sur place nous repérons facilement le véhicule et nous mettons en place pour la filocher car on avait affaire à quelqu'un de particulier et on voulait savoir ce qu'il allait faire et où il allait aller. Qui sait, peut être nous amener à d'autres véhicules recherchés...

C'est enfin vers 14H30 que nous voyons partir notre belle Mercedes et que nous commençons notre boulot.

Le gars nous a d'abord baladé un peu dans Paris avant de s'arrêter près d'une porte pour y retrouver sur la terrasse d'un rad pourri, une bande de types tout aussi pourris, sûrement même plus d'ailleurs...

Puis après une heure ou deux passées en leur compagnie, notre ancien, car l'homme à environ une soixantaine d'années, décide de quitter la bande d'affreux et de reprendre la Merco pour cette fois ci le centre de Paris.

Là encore c'est dans un troquet pas très fréquentable que le sexagénaire retrouve un black, comme dans les films de série noir, ha ha, série noire, le black pffff, mdr.

Blague à part et pas black à part, hum bon Niko tu arrêtes maintenant et tu continues à raconter ton histoire sinon le lecteur va se lasser!!!

Alors le black donc, c'était le double de Mister "T" et on ne sait pas ce qu'ils se racontaient mais ça avait l'air intéressant en tout cas... Ensemble ils sont restés moins d'une heure je crois et notre "vieux" à repris la Mercedes, seul, en direction du nord de Paris.

Après deux heures de filoche nous logeons le gars dans un petit pavillon d'un lotissement très récent à la sortie d'un village.

La Merco se retrouve seule garée devant la maison. Mon collègue et moi garons nos véhicules un peu loin pour venir faire une reco des abords à pied et voir combien d'issues il y a de possible.

Ceci fait nous allions partir quand nous nous faisons interpeller par notre homme qui nous annonce de suite la couleur...

- Bon OK les gars on ne va pas jouer longtemps, nous dit il. Je m'appel Martin, j'ai dix ans de placard et il me reste six mois à vivre. OK?

- Je vous ai repérés juste avant d'arriver au village, enfin surtout le motard qui m'a doublé sur le stop et qui a fait un demi tour dangereux sur la départementale au milieux des platanes...

Vous avez deviné, le motard c'était moi! Et oui, pourtant j'ai eu l'impression de le laisser partir assez loin pour pouvoir entamer ma manoeuvre, mais non, l'enfoiré regardait encore dans ses rétros et je me suis fait griller.

Bref il continue son monologue en nous disant que c'est sûrement parce qu'il à bu un café avec "les arabes" à Paris, qu'on est après lui.

Donc, si on a des questions à lui poser, c'est au poste et maintenant, sinon qu'on lui foute la paix!

On joue le jeu et on lui dit qu'on va appeler le patron pour savoir ce qu'on fait. En fait c'était pour prendre congé sans avoir à discuter plus que ça et en profiter pour aller cacher ma moto et revenir récupérer la Merco quand il sera rentré chez lui...

Et c'est quinze, vingt minutes plus tard après avoir trouvé un endroit ou planquer pour la nuit ma bécane, qu'on est revenus avec Greg pour récupérer la Merco et partir avec.

Mais quelle ne fut pas notre surprise en arrivant aux abords de la maison, de voir stationner près de celle ci, un nouveau véhicule, qui lui aussi faisait partie de notre liste!!! Du coup maintenant ce n'était plus une, mais deux voitures, qu'il fallait ramener! Mais avant cela il fallait aller cacher la voiture de Greg.

A pied en direction de nos futures carrosses on se chamaillait un peu pour savoir qui prenait la Merco ou la "très belle coupé Peugeot".  Mais notre joie fut stoppée net quand arrivés sur place nous constatons qu'il ne reste plus qu'un véhicule, le Merco... La décision fut vite prise, puisque nous étions tous les deux sur place sans la voiture de Greg, c'est ensemble qu'on allait monter à bord...

En fait tout a été très simple jusqu'au moment ou je me suis retrouvé au volant de la bagnole, Greg à coté. Car hum oui, c'était une automatique et en plus sans clef mais avec le petit boitier qu'il faut enfoncer dans son réceptacle en même temps que la pédale d'accélérateur.

Bref pour le coup, le temps de piger le truc pour la démarrer, le gars est sorti très en colère en criant:

- Vous n'êtes pas des flics! Vous êtes des voleurs de voitures je vais vous défoncer la gueule descendez vous allez voir!!!!

Et ouf, enfin je réussis à démarrer la caisse mais quand vous avez l'habitude d'avoir un embrayage et un levier de vitesse ça donne de sacré soubresauts à la voiture quand il n'y en a pas, et l'ex-tolard de se foutre de moi en nous gueulant dessus:

- la honte il ne sait même pas conduire!!! Regarde chérie! et de rajouter.

- En tout cas vous êtes des mauvais! Surtout le motard car je l'ai repéré. 

Décidément aujourd'hui ce n'est pas mon jour... Mais cela ne faisait que commencer...

Heureux finalement de s'être exfiltrés sans encombre nous récupérons la voiture de Greg pour un retour sur Paris.

Et bien oui mais non! Car sur la route je rends compte au boss de l'opération, en lui expliquant le coup de la voiture qui apparait et qui disparait et en ayant le malheur de lui donner mon avis qu'elle était encore là bas et certainement dans un des boxes que l'on a vu.

Bien sûr il a fallu qu'il insiste lourdement pour que l'on y retourne alors que je lui ai dit que je n'étais pas chaud pour le faire et tatatitatata... (putain de civils qui n'ont jamais fait l'armée et qui ne savent pas qu'on ne tape jamais deux fois au même endroit)

Et nous revoilà donc partis pour le village du "prisonnier" en prenant soin de cacher la Merco avant d'arriver à proximité du domicile de "Papillon".

Que s'est il passé ensuite? Et bien je me souviens d'abord de Greg qui me fit cette affirmation sur un ton de désespoir:

- Putain! On va devoir se battre... Et moi de lui répondre toujours optimiste même dans les moments délicats.

- Mais non t'inquiète pas on va discuter et avec un peu de chance sa femme, (car j'étais sûr que c'était sa femme qui roulait avec la Peugeot) va nous rendre gentiment les clefs, tu vas voir...

On a même pas eu le temps de franchir la ligne des 10 mètres, que le type qui s'est cru revenir en Afrique quand il était mercenaire avec Bob Moran, est sorti de chez lui, torse nu avec juste sur le cul un petit short vert olive de l'armée en outre-mer, dont les boutons était ouvert sur son gros bid qui sortait généreusement, et un coupe-coupe à la main qu'il brandissait dans tous les sens en se précipitant sur nous et en gueulant:

Je vais tous vous tuer!!! Vous êtes des voleurs de voitures, des ordures, des raclures. (c'était d'autres mots mais ceux là font bien la rime!)

Bref! Etonnement le fait que je me mette en garde Aikido et que je reste calme face à lui, le gars se stoppe, alors que sa femme sort derrière sur le seuil de la porte.

Il me dit alors:

- Mais tu crois que tu me fais peur avec ton karaté de mes couilles???!!!

Et je lui réponds en m'adressant aussi à sa femme.

Ecoutez nous ne sommes pas des voleurs de voitures, nous sommes mandatés pour les récupérer car elle sont justement volées, et nous savons que la Peugeot est encore là, donc, donnez nous les clefs et la voiture et tout ira bien pour vous. Sinon vous serez obligés d'en répondre devant la justice. (Au nom de la loi je vous arrête! J'avais envie de lui dire) 

Je ne sais pas si c'est le mot répondre ou justice qui ne lui a pas plus à Bob Moran mais il s'est re-énervé et la femme non plus ne voulant pas collaborer, nous sommes repartis en marchant en marche arrière, face au barjo.

Mais c'est que l'africain blanc nous à suivi jusque la voiture de Greg et qu'à peine on avait posé le cul dedans que le gars lui à pété son par-brise arrière, le phare arrière droit et fait une putain d'entaille dans l'aile du même coté. Le Greg énervé a voulu lui reculer dessus je l'en ai un peu dissuadé quand même. Il n'y avait pas eu de blessés chez nous, pas la peine d'en faire de l'autre coté.

C'est une fois les émotions estompées et après avoir récupérés la Merco qu'on a repris la direction de Paris par l'autoroute.

Mais nous n'étions pas aux bouts de nos peines car arrivés au péage deux Gendarmes nous attendait l'air menaçant et pas commodes du tout.

Ils nous donnent l'ordre de nous ranger sur le coté et c'est la main sur l'arme que chacun d'eux nous demande de sortir de nos voitures, les mains en l'air et de poser celles ci sur le toit de la voiture.

J'ai beau dire à mon hôte que je suis détective privé et que l'on vient de récupérer un véhicule volé, celui ci ne veut rien savoir et me passe les menottes. N'empêche que je me sens beaucoup plus calme que lui, qui semble en revanche plutôt stressé par l'opération... Attention au coup de doigt sur la détente, bordel!!

Et c'est épaule contre épaule, les mains menottées dans le dos et contre la Merco  sur le bord de l'autoroute au péage, qu'on se retrouve, Greg et moi. On va pouvoir enfin discuter...

Après avoir attendu des heures comme ça et réveillé le Proc', il était plus de 23H00, la situation s'était enfin éclaircie pour les militaires, que notre Bob Moran avait appelé quelques heures auparavant pour porter plainte pour vol de sa voiture!!!!

Culotté le mec quand même, il sait qu'il roule dans une voiture volée, certes ce n'est pas lui qui l'a braquée, mais son copain qui le lui a prêtée, mais il risque quand même d'être poursuivi pour complicité et au lieu de faire profil bas, non, lui il porte plainte!!! Vraiment culotté!!!

On s'est quand même retrouvés à la Gendarmerie, non plus comme prévenus mais comme témoins et c'est après une déposition, recommencée deux fois qu'on a pu rentrer chez nous...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire